Search
Search
en-USfr-CA

  

Nouvelles de l'ACFR

Laurent Desrosiers
/ Catégories: Communautaire, Regina, 2015

Un monument honore l’action des religieuses en Saskatchewan

The Sisters Legacy Monument au Parc Wascana, à Regina.

The Sisters Legacy Monument au Parc Wascana, à Regina.

Ces statues de bronze représentant deux religieuses en taille réelle, commémorent le dévouement de plus de 5 500 religieuses de 41 congrégations de la province pendant plus de 160 ans.
Photo : Archidiocèse de Regina
REGINA - The Sisters Legacy Monument a été dévoilé au Parc Wascana, à Regina. Ces statues de bronze représentant deux religieuses en taille réelle, commémorent le dévouement de plus de 5 500 religieuses de 41 congrégations de la province pendant plus de 160 ans.


L’une sonne  une cloche pour convoquer des écoliers. L’autre est une infirmière en uniforme, allant prodiguer des soins de santé. The Sisters Legacy Monument ont été sculptées par Jack Jensen, un artiste de Prince Albert.

 

Le projet a été lancé en 2011 lorsque Sandra Kary, directrice de l’Association catholique de la santé, a eu connaissance d’un projet semblable en Alberta. Un comité a été formé puis une campagne de prélèvements de fonds a été lancée. Une somme de 300 000 $ a pu être rassemblée pour mener le projet à bonne fin.  

Le rôle central des sœurs dans le maintien du fait français en Saskatchewan

Pendant une bonne partie du XXe siècle, il était fort probable qu’une religieuse devienne la première institutrice des francophones. Elles enseignaient, autant en anglais qu’en français, la lecture, l’écriture, la catéchèse et les classiques de la littérature. 

Les religieuses faisaient connaître les chants patriotiques de la Bonne Chanson, glorifiaient les exploits héroïques des fondateurs de la Nouvelle-France. Elles ont supporté le fait français en Saskatchewan et soutenu les initiatives jugées nécessaires à «la survivance ».

 

À partir des années 1930, elles se sont répandues dans plus de soixante-dix localités francophones.

Les soeurs avaient la responsabilité d’épauler l’Église dans sa mission d’évangéliser. L’école demeurait l’outil de choix où l’esprit des jeunes pouvait être moulé. Les grands principes caractérisant alors l’Église francophone au Canada se définissaient par le nationalisme canadien-français et la capacité de résister à l’assimilation. Malgré le pluralisme omniprésent en Saskatchewan, cette idéologie se transmettait à l’école par le biais du clergé et des associations nationales.
Avec les religieuses, l’heure de français permise par la loi avait une place de choix à l’intérieur du curriculum et recevait une attention privilégiée. Elle permettait d’enseigner l’histoire nationale, la grammaire, la diction, la composition et la littérature en français. Les religieuses misaient sur la fierté de la réussite et le sens de l’accomplissement des élèves pour inspirer une ferveur de la langue française.

 

Il existait un souci particulier envers le développement chez l’élève d’une «mentalité française». Les religieuses incorporaient des débats oratoires, des représentations théâtrales, des journées patriotiques, des voyages ou encore la participation aux festivals de la chanson française.

 

Le couvent et les écoles des religieuses francophones possédaient une atmosphère française par le fait que c’était la langue utilisée par ces congrégations. À la recréation, pendant les activités parascolaires, à l’heure du midi, le français dominait même si l’anglais était la langue d’enseignement cinq heures sur six.

 

Imprimer
2758 Noter cet article:
Pas de note
 

Votre nom
Votre adresse email
Objet
Entrez votre message ...
x

L'ACFR sur Facebook

Association canadienne-française de Regina

100 - 3850, rue Hillsdale
Regina (Saskatchewan)
S4S 7J5
Téléphone: (306) 545-4533

206-1440, 9ème avenue Nord
Regina, Saskatchewan,

Téléphones :
306-566-6020
306-566-6023

Courriel: direction.acfr@gmail.com
Le Portail fransaskois - La communauté branchée
Copyright 2017 Coopérative des publications fransaskoises Conditions d'utilisation Déclaration de confidentialité